Aller directement au contenu

Dix conseils pour parler d’argent avec des parents vieillissants

Un incident se produit et vous réalisez que les choses changent. Votre mère commence à se répéter. Votre père égare souvent ses clés. L’un de vos parents doit être opéré d’urgence. La réalité frappe : « Mes parents ne sont plus jeunes. »

Grâce aux progrès de la médecine, les gens vivent plus longtemps que jamais. Le bon côté de ce phénomène est que de nombreuses personnes âgées mènent une vie active et continuent à travailler et à être des membres productifs de notre société. D’un autre côté, vous avez plus de chances de devoir vous occuper d’un parent âgé à un moment donné de votre vie adulte. La meilleure façon de composer avec cette réalité est d’avoir une discussion avec vos parents au sujet de l’argent. Bien entendu, le plus difficile est de les convaincre de participer à une telle discussion.

Que ce soit difficile ou pas, parler d’argent avec ses parents vieillissants permet de protéger toute la famille. D’abord, vos parents peuvent planifier en fonction de leurs besoins à mesure qu’ils vieillissent et avoir ainsi l’occasion de vivre les années qu’il leur reste selon leurs termes. De votre côté, vous pouvez mieux comprendre les contraintes financières et émotionnelles auxquelles vous devrez vous-même faire face dans l’avenir.

Voici dix conseils à prendre en considération lorsque vous parlez de finances avec un parent vieillissant.

Conseil no 1 : Prenez conscience de vos sentiments avant d’inviter vos parents à une discussion

Parler de planification successorale, de situation financière et de volontés médicales avec ses parents comporte une charge émotionnelle. Avant d’inviter vos parents à une discussion sur ces questions, prenez conscience de vos propres sentiments. La situation de vos parents peut vous faire ressentir de la contrariété, de la colère, de la frustration, de la tristesse ou de la peur. Peu importe ce que vous ressentez, sachez qu’il est normal et sain que le vieillissement de vos parents suscite une réaction chez vous. En vous donnant le temps et l’espace pour vivre vos sentiments, vous serez en mesure d’approcher vos parents d’une manière calme et respectueuse et vous augmenterez ainsi vos chances de réussite.

Conseil no 2 : Lancez une invitation chaleureuse

Démontrez vos intentions bienveillantes et faites savoir à vos parents que vous voulez parler de leur situation financière parce que vous vous souciez d’eux. Commencez par dire quelque chose comme « Je sais que c’est un sujet délicat, mais je me soucie de vous et je veux m’assurer que l’on s’occupera de vous à mesure que vous vieillissez. Peut-on prendre un moment pour parler des plans que vous avez établis et de ce que je peux faire pour vous aider à vérifier que tout est pris en charge? » Si l’un de vos parents a vécu des problèmes médicaux, vous pourriez dire : « Je sais que ces derniers mois ont été difficiles pour toi et que tu dois encore te rétablir de ta crise cardiaque. J’ai remarqué que tu avais un peu plus de difficulté à payer tes factures et à gérer tes finances. Peut-on prendre un moment pour voir comment je pourrais t’aider à éviter les retards sur tes factures afin que tu puisses continuer à te concentrer sur ton rétablissement? » Cette approche montre à l’autre personne que vous vous souciez d’elle et lui permet de décider à quel moment et à quel endroit elle veut avoir une discussion.

Conseil no 3 : Lancez l’invitation à un moment propice

Il est essentiel que vous trouviez le bon moment pour inviter vos parents à une discussion sur leurs finances. Évitez les événements ou les périodes mouvementés, comme le temps des fêtes, durant lesquels vous risquez d’être distrait. Si vous venez d’une grande famille, déterminez qui est la meilleure personne pour lancer l’invitation à vos parents. Au départ, il est préférable qu’une personne ou deux seulement abordent le sujet avec vos parents pour éviter qu’ils se sentent pris d’assaut.

Bien que vous vouliez peut-être parler d’argent dès maintenant avec eux, n’oubliez pas que vos parents peuvent avoir besoin de temps pour accepter l’idée de discuter de leurs finances avec leurs enfants. Un peu de planification et de patience peut s’avérer payant.

Conseil no 4 : Donnez des précisions quant à vos préoccupations

Soyez précis lorsque vous parlez de vos préoccupations à un parent. Par exemple, si vous avez peur que votre mère ait été victime d’une fraude par téléphone visant les personnes âgées, dites-le-lui. Vous pourriez dire : « Maman, je t’aime énormément et je veux ce qu’il y a de mieux pour toi. Le mois dernier, j’ai remarqué une transaction de 100 $ pour le Fonds des veuves et des orphelins sur ton relevé de carte de crédit. J’ai fait quelques recherches et découvert que cet organisme n’existe pas. Je crains que quelqu’un ait profité de toi financièrement. J’aimerais t’aider à éviter qu’une telle situation se reproduise. Qu’en penses-tu? » Si vous démontrez vos préoccupations de manière affectueuse et expliquez précisément la cause de celles-ci, votre parent risque de mieux comprendre les gestes que vous posez. En outre, demander l’avis de votre parent lui permet d’accepter de l’aide tout en gardant sa dignité.

Conseil no 5 : Évitez d’étirer la discussion

Une fois que votre parent a accepté de parler d’argent, faites en sorte que la discussion soit brève. Vous aurez peut-être des millions de questions à lui poser, mais il est préférable de vous en tenir à une ou deux à la fois. Vous songez peut-être à cette discussion depuis des mois, mais ce n’est pas nécessairement le cas pour votre parent. Donnez-lui le temps de digérer ce que vous dites et de répondre. Il est préférable d’avoir 3 échanges de 30 minutes plutôt qu’une seule discussion de 90 minutes. En plus d’aider chacun à se concentrer sur une tâche ou un élément de discussion à la fois, cette approche permet de rester calme et rationnel.

Conseil no 6 : Laissez le contrôle à votre parent, dans la mesure du possible

Le fait de vieillir consiste pour beaucoup à apprendre à vivre avec la perte d’une certaine maîtrise de sa santé physique et mentale. Même s’ils savent qu’ils auront besoin d’un grand soutien à un moment donné, les parents ne sont souvent pas prêts à affronter cette réalité. Au moment d’aborder la façon dont vous pouvez les aider à gérer leurs finances, rassurez-les en leur expliquant que vous ne cherchez pas à prendre le contrôle de leur vie et que vous voulez simplement les aider puisqu’ils vieillissent. Dans la mesure du possible, invitez votre parent à déterminer quels sujets il veut traiter et à quel moment. Même si c’est difficile, demandez à votre parent de vous donner son avis et soyez attentif à ses demandes. Vous pouvez aussi lui présenter différentes options et commencer par celle qu’il juge prioritaire. Vous pourriez vouloir procéder différemment, mais sachez que ces petits gestes ont le pouvoir de rassurer votre être cher en lui montrant que son opinion compte toujours.

Conseil no 7 : Allez-y une étape à la fois

Lorsqu’un parent a besoin d’aide avec ses finances, il peut y avoir beaucoup d’éléments à traiter. Plutôt que de vouloir tout régler en même temps, il vaut mieux procéder par étapes. Sinon, votre parent risque de se sentir submergé et vous aussi. Le fait d’agir et de rayer des éléments de votre liste de choses à faire peut vous procurer de la satisfaction. Mais vous devez tenir compte des répercussions sur votre être cher. Comme les capacités cognitives des personnes diminuent généralement à mesure qu’elles vieillissent, c’est une bonne idée de diviser les processus complexes en petites étapes faciles à réaliser.

Conseil no 8 : Faites preuve de curiosité

Souvenez-vous qu’un niveau approprié de curiosité peut sauver une discussion. Lorsque vous parlez avec vos parents, mettez-vous à la place de quelqu’un qui ne les connaît pas et songez à leur point de vue. Cette approche peut être difficile étant donné que vous connaissez vos parents depuis longtemps. N’oubliez pas que, dans cette situation, il est facile de tomber dans le piège de vouloir lire dans les pensées ou de sauter aux conclusions. Repoussez cette envie et souvenez-vous que vous participez à une nouvelle discussion à un nouveau stade de votre relation. Ouvrez votre esprit aux possibilités et laissez vos suppositions de côté.

Conseil no 9 : Prenez une pause si nécessaire

Parler de leurs besoins à mesure qu’ils vieillissent, de leurs besoins en matière de soins de santé et de leur planification successorale peut faire vivre toutes sortes d’émotions à vos parents. Donc, si la discussion devient houleuse ou qu’un membre de la famille est trop sur la défensive, prenez une pause. Fixez une autre rencontre à une date rapprochée afin que tout le monde puisse se calmer et se recentrer sur la tâche à accomplir. Une bonne communication n’est possible que si tout le monde est prêt à s’écouter et à éviter la confrontation.

Conseil no 10 : Ayez recours à un conseiller de confiance pour faciliter la discussion

Les conseillers financiers constituent une excellente ressource pour vous aider à parler d’argent, de planification successorale et de volontés de fin de vie avec vos parents. N’hésitez pas à faire appel à votre conseiller pour obtenir de l’information, du soutien et des conseils en la matière. En tant que participant neutre à la discussion, votre conseiller peut offrir ses connaissances financières, faciliter la discussion et recommander d’autres ressources, comme des avocats spécialisés en planification successorale, des conseillers en soins de santé, des aides-soignants à domicile, des logements avec assistance et des centres d’hébergement et de soins de longue durée.

Une seule discussion ne suffit pas pour parler de finances avec des parents vieillissants. Il faut plutôt un dialogue continu. Bien qu’il puisse être difficile de commencer la discussion, celle-ci peut être enrichissante et très réconfortante à la fois pour vos parents et pour vous.

À propos de l’auteure : Kathleen Burns Kingsbury est experte en psychologie du patrimoine, fondatrice de KBK Wealth Connection, animatrice du balado Breaking Money SilenceMD et auteure de plusieurs livres, notamment How to Give Financial Advice to Women, Breaking Money SilenceMD et How to Give Financial Advice to Couples. Pour en savoir plus, consultez www.breakingmoneysilence.com et www.kbkwealthconnection.com.